Les Commerces

Recueil en ligne d'histoires (fictives) sur le commerce de détail. Parution chaque lundi, à 16 heures. Par F.Benhaim.

Tag: armurerie

Aux instruments à vent


La forge, l’atelier, l’antre de Vulcain pour Mozart, comme une gravure vivante, est visible depuis la rue, par une grande vitrine, comme les cuisines des boulangeries nouvelles. Ca résonne des bruits de métal frappé, comme dans les armureries anciennes, dans les mines, dans tous les Klingenthal et manufactures des rois de France (Klingen-thal, le val des cling), comme à la boutique du ferronier, ou de l’orfèvre : tape, tape, tape, contre le bronze, le cuivre, les petites pièces, les morceaux, les bouts. On aiguise, on affûte,  on cale, sans forcer. Des machines, des enclumes, des marteaux, des appareils de serrurier. Les reflets dorés colorent la lumière blanche du néon, dans cet espace gris et brun, posé sur un linoléum noir, type ascenseur, où trois hommes assis travaillent sur un plan qui s’étire d’un mur à l’autre, modelé lui aussi, d’une mer à l’autre, devant une rangée de tournevis pointés au bas. Trois hommes entrés comme apprentis (fac de philo, BTS, etc.). Ca se fait encore. C’est même le meilleur moyen de garantir son emploi, une fois qu’on a trouvé son patron. Réparateur d’instruments, c’est une drôle de vocation, une belle vocation, une vocation d’artisan musicien. Un défi à Pôle Emploi, aux politiques publiques et aux parcours ordinaires, linéaires et monotypés que l’on voudrait imposer aux jeunes. On peut être deux choses en même temps ; on peut étudier et utiliser ses mains, quand même, par la suite. Que d’étonnements la vie nous procure.

A côté, car le magasin a prise sur plusieurs façades, ce sont les clarinettes (ici, c’étaient les saxos). L’espace de vente, c’est plutôt ici. Clarinettes en vitrine, clarinette au mur, pièces et morceaux de clarinette sur les tables de travail à l’entrée du magasin, là encore, en vitrine. Il ne s’agit pas seulement de se montrer, d’exposer le labeur ; il s’agit aussi, pour l’artisan, de voir : la lumière, les passants, la vie au-dehors, les clients qui rentrent. Les murs à l’arrière sont lourds de sacs, mallettes, caisses, bagages : on se croirait dans une maroquinerie, car au cas où vous ne l’auriez jamais remarqué, un des principaux défis d’un instrument, même d’un instrument à vent, c’est de le transporter. Le mener d’un endroit à l’autre, voilà l’affaire, quand on est violoncelliste. Ici, c’est un peu ça, un peu seulement car la clarinette peut se démonter, mais il y a toujours mille autres choses à prendre, les partitions, le matériel d’entretien, etc. Voulez-vous un instrument de bois, de plastique ? Vous trouverez. Réparation de pièces. Tampons. Liège. Arrangements. Réglages. Parfois la réparation coûte autant que l’instrument—c’est comme une voiture—. Mais toutes les clés, argent sur noir, tout ça est si joli ; on dirait un petit orgue portatif ; une œuvre du génie horloger et esthétique du dix-huitième siècle rejoué et perfectionné par le dix-neuvième, un esprit perdu, d’une époque où la mécanique des touches et des automates promettait l’avenir comme aujourd’hui l’intelligence artificielle.  Le magasin est profond, il a même un sous-sol, et l’on vend les anches, les capuchons, écouvillons, sticks de cire. Affaires de luthier. Quand on vient ici pour la première fois, on croit entrer chez les habitués. On voudrait se présenter. Entrer au club des musiciens.  Ici on reçoit, on discute, on recommande, c’est entre Bricomarché et bijouterie, entre les outils et l’artisanat de collection, le plaisir est intact, comme on dit. Dans notre époque, mais hors de notre époque, et pourtant, nous sommes bien dans notre époque.

Paris, le 24 décembre 2012.

A Daniel Jost, pour la musique.

A tout le monde, joyeux Noël.

L’armurerie


Allure années 80. Aspect Rocky. Son Balavoine. ARMURERIE, au-dessus de la vitrine, sur un bandeau blanc, est écrit en lettres bleues, dans des caractères passés de mode.

La Révolution, lit-on, a commencé par la prise des armureries. Ce magasin contribue à l’équipement populaire. En Syrie, en Libye, et ailleurs, la révolution s’est faite par les armes. Encore. L’Inde est un contre-exemple, certes, idem la Tunisie, idem la Tchécoslovaquie….mais on remarquera que ce n’était pas une révolution.

Dans les vitrines, sur les étals, toutes sortes d’armes : automatique, semi-, mais aussi quelques armes de guerre, qui servent plus à attirer le chaland et le curieux dans le monde violent du refus de subir.  Couteaux, dagues, couteaux suisses même, opinels, haches, style chasseur ou para, mais aussi boussoles. Tous s’arrrêtent sur la kalachnikov. L’arme à feu s’adresse au chasseur, donc, au collectionneur, au fasciste et à la racaille envieuse. Le petit caïd vient baver son tour. Quelques mafieux, mais aussi des gens respectables, oui, le commerce des armes est un commerce respectable, qui emploie en France et soutient l’industrie. D’ailleurs acheter du pistolet c’est acheter Français. Sans la poudre, nous n’aurions pas conquis l’Amérique.

Des couteaux en toutes sortes, exposés comme des dents de requins chez un vieux loup de mer, ornent les murs supérieurs. Une tête d’ours empaillée, achetée chez un antiquaire. (N’est pas à vendre.) Des munitions, des balles, quelques curiosités pour les médiévistes, les néo-Druides et les simulateurs de batailles.

La vendeuse est très sympathique. Créoles, cheveux blonds avec extensions, marcel noir Métallica, mais parfois, elle vient en tailleur.

Une ou deux femmes désireuses de tuer leur mari ou leur amant sont déjà passées. Un ou deux beaux-pères. Un ou deux gendres pas tout à fait idéaux. On a soupçonné des hommes en noir qui semblaient bien sous tout rapport.

Heureusement la police surveille ; il y a des permis, tout va bien, tout est en règle, nous sommes en sécurité. Ici, au moins, c’est légal et contrôlé.

%d blogueurs aiment cette page :